Admission Post Bac 2016 : du renouveau pour les procédures d’inscriptions
25 janv. 2016

La procédure APB démarre ce mercredi 20 Janvier et voit pour l’exercice 2016, la mise en place de nouvelles dispositions pour contrer les ratés de l’année passée. Plusieurs milliers de bacheliers s’étaient en effet retrouvés sans affectation à la rentrée 2015.

Afin de ne pas rééditer cette mésaventure à la rentrée prochaine, de nouvelles mesures ont été présentées par la ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem et le secrétaire d’État à l’enseignement supérieur Thierry Mandon début décembre.

L’objectif est d’accompagner au mieux les quelques 800 000 élèves de Terminale, toutes sections confondues, qui utilisent la procédure d’Admission Post-Bac pour poursuivre leurs études.

Instauration du Vœu unique pour les filières saturées

Filières Droit, Psycho, PACES et STAPS

L’attention est portée notamment sur les quatre filières les plus plébiscitées des études supérieures : Droit, PACES (Première Année Commune aux Études de Santé), STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) et Psychologie. Elles regroupent à elles seules plus de la moitié des premiers vœux. Face à des demandes croissantes d’années en années, de nombreuses universités ont décidé de limiter leur capacité d’accueil et de procéder à une sélection aléatoire de leurs futurs étudiants.

Afin d’offrir toutes les chances d’intégration aux étudiants qui souhaitent s’orienter dans ces filières, de réduire le « tirage au sort », il est désormais possible de formuler un « vœu unique » pour une formation donnée – par exemple : présenter en un seul choix toutes les universités de médecine de son académie. L’ile de France – représentée par les académies de Paris, Créteil et Versailles – sera assimilée comme une seule et même zone et permettra donc un choix plus large pour les futurs bacheliers. Il y aura malgré tout la possibilité de classer les facultés par ordre de préférence sous forme de « sous-vœux ».

Voir notre article plus détaillé sur les inscriptions en PACES 2016 en Ile-de-France

Qu’en conclure ?

Les étudiants qui n’auront pas eu la chance d’être affectés dans une faculté à proximité de leur lieu de passage de baccalauréat se verront proposer des places dans des universités plus éloignées. L’objectif étant de proposer plus de possibilités alors que le nombre de place se limite.

Obligation de présenter une filière dite « libre »

Lors des inscriptions post bac, nombre d’étudiants ne présentent que des vœux dans des filières très sélectives – classes préparatoires, BTS ou IUT – afin d’augmenter leur chance d’intégrer l’élite et se retrouvent bredouilles à l’issue des différentes phases d’admission. Il sera désormais imposé aux candidats de formuler au moins un vœu dans une filière dite « libre » - non sélective et sans capacités limitées –afin qu’ils puissent dès les premières phases d’admission, décrocher une formation plus convenable et en accord avec leurs souhaits que celles proposées en phase complémentaire. Une liste sera disponible sur le portail APB.

D’avantage d’informations sur l’orientation post-bac

Parce que le paysage éducatif français se complexifie, l’information et un accès plus simple à celle-ci devient la priorité d’une bonne orientation post bac. Pour aider au mieux les étudiants à faire leurs vœux, le site APB a lancé en 2015 une campagne d’information sur le degré de réussite en fin de première année et les divers débouchés professionnels dans les formations post bac de toutes les filières universitaires. Ces informations seront plus nombreuses, plus complètes et plus accessibles pour l’exercice 2016.

Une implication plus prononcée du corps professoral

Dans cette volonté d’accompagner au plus près l’étudiant dans sa démarche, les enseignants, les conseillers d’orientation et les conseillers principaux d’éducation auront la possibilité de consulter les vœux de leurs élèves. Il leur sera demandé d’intervenir plus activement si les choix de formation après bac ne leur semblent pas ou peu cohérents ou si l’élève rencontre des difficultés dans sa procédure.

Une nouvelle commission d’orientation scolaire

Que faire après le bac ?

Le ministère a décidé de lancer un nouveau système de commission académique d’orientation post-secondaire à titre expérimental dans cinq académies : Amiens, Dijon, Nancy-Metz, Nantes et Toulouse. Elles seront consultées par les lycées lors de cas problématiques sur l’orientation d’un élève, et ce à la fin de la première phase d’admission et lors de la phase complémentaire. La commission devra alors apporter une alternative « garantie » à l’étudiant, sans toutefois le forcer dans ses choix.